Logo UP13   

Articles récents

 

ENTRETIEN BENJAMIN STORA

ETUDES--B-Stora-janvier-2016Dans Les Clés retrouvées Benjamin Stora se livre à un exercice qu’il appelle « l’ego-histoire » très éclairant pour comprendre la complexité d’un parcours d’intégration. C’est l’occasion de faire un retour sur votre enfance à Constantine de 1950 à 1962, et de restituer la mémoire de tout un monde disparu ou train de disparaître, celui des juifs d’Algérie.

Nathalie SARTHOU-LAJUS. Ce qui m’a frappée en lisant votre livre, c’est à quel point les juifs d’Algérie, ou plus précisément les juifs de Constantine, étaient francisés bien avant leur départ pour la France, avec dans un contexte colonial un attachement très fort à l’idéal républicain d’égalité.

Lire la suite...

BS-les memoires dangereusesL’historien Benjamin Stora et le romancier Alexis Jenni examinent les conditions de création d’un imaginaire commun sur lequel se fonde une nation. En France, selon eux, le récit impossible des aventures coloniales empêche l’émergence de cette communauté.

Dans les Mémoires dangereuses, Benjamin Stora et Alexis Jenni confrontent leur regard sur ce qui reste du passé colonial de la France. Dans son roman l’Art français de la guerre, Alexis Jenni observait 34 nations coalisées déferler sur l’Irak, au tout début des années 90, sans véritables batailles, sans véritables affrontements, tant les forces étaient disproportionnées.

Lire la suite...

Alexis Jenni et Benjamin Stora (© Jean-Luc Bertini)En 1999, l’historien Benjamin Stora publiait dans une certaine indifférence son livre Transfert d’une mémoire, dans lequel il analysait pourquoi la société française échouait à penser son passé colonial et n’arrivait pas à l’inscrire dans un grand récit englobant l’histoire de ses blessures : un récit qui aurait le mérite de renforcer une unité nationale dans le respect de sa pluralité interne.

Lire la suite...

Hommage à Benjamin Stora, Mucem, Marseille, 31 mai 2018

2018 31 mai Stora Mucem 1

Recherche

Ouvrages