Logo UP13   

Appelés en guerre d'Algérie

Appelés en guerre d'Algérie, Poche Gallimard (22 avril 1997)

11_Appeles_en_guerre_dAlgerie_BStora« Pour les deux millions de Français qui firent la guerre d’Algérie, les événements d’outre Méditerranée restent une expérience douloureuse, enfouie dans leur mémoire depuis plus de trente cinq ans déjà. Rares sont ceux qui en parlent : cette sale guerre, qui ne disait pas son nom, n’est pas un épisode glorieux de l’histoire de France. Huit sur dix étaient des appelés, qui consacrèrent en moyenne vingt-huit mois de leur vie à la « pacification » ;


Le petit livre intelligemment illustré que leur consacre l’historien Benjamin Stora restitue leur état d’esprit et les traumatismes qui furent souvent les leurs. Combattants dans les Aurès ou chargés du maintien de l’ordre dans les villes, ils ne firent pas tous la même guerre . Mais ils se reconnaissent dans cette « génération du djebel » qui laissa là-bas ce qui lui restait de jeunesse et surtout d’illusions. »

Le Monde, 13 juin 1997.

« Il s’agit des soldats du contingent (appelés, rappelés, maintenus) et de la guerre d’Algérie (1954 – 1962). Ce petit livre a plusieurs mérites, dont le moindre n’est pas de parler aussi des appelés FSNA (Français de souche nord-africaine) ;
Autres mérites : beaucoup d’images, de témoignages… La bibliographie contient des noms inattendus (Claude Berri, Jacques Higelin…). Des aspects souvent négligés, non négligeables, sont évoqués : la vie sexuelle des jeunes soldats, la séduction des paysages d’Algérie, le contact avec l’orient, à une époque où le tourisme lointain en était à ses débuts ;
Les fluctuations de la mémoire de la guerre d’Algérie, sujet favoris de l’auteur (voir ses ouvrages la gangrène et l’oubli, Algérie Viêt-Nam, imaginaire de guerre), sont au centre du livre. Et on reconnaît partout l’érudition de Benjamin Stora, son goût des problématiques originales. »


La Quinzaine Littéraire, 1-15 juillet 1997.

« Dans Appelés en guerre d’Algérie, Benjamin Stora retrace l’itinéraire de ceux qui, par les hasards d’une date de naissance, se sont retrouvés emportés dans une tourmente dont ils ne mesuraient pas toujours les enjeux et dont ils ne pouvaient codifier le cours. Ils étaient « appelés en Algérie » afin de « pacifier » et mettre un terme à ce que les gouvernants de l’époque désignaient sous l’euphémisme d « événements ». Pendant 18, 27 ou 30 mois, ils ont été pris dans « l’engrenage de la violence », cernés par « la mort qui rôde ». Ce sont leurs souvenirs que Benjamin Stora restitue, dans le même temps qu’il pose un regard non officiel sur un moment d’Histoire. Publié dans la collection « Découvertes » des Editions Gallimard, ce volume bénéficie de l’habituelle qualité des illustrations et de la mise en pages qui sert et renforce l’authenticité et l’émotion des témoignages. »


B.M.MFI Agence mutlimédia (RFI)

Hommage à Benjamin Stora, Mucem, Marseille, 31 mai 2018

2018 31 mai Stora Mucem 1

Recherche

Ouvrages