Logo UP13   

Entretiens

Ce thème a fait irruption dans la campagne. Qu'est-ce qui fonde le lien à la nation ou au contraire donne à certains le sentiment d'en être exclus? Max Gallo et Benjamin Stora s'expriment sur une question qui dépasse les polémiques électorales.

Les incidents de la gare du Nord ne sont-ils pas une nouvelle illustration de la fracture entre une partie de la nation, celle des quartiers sensibles et déshérités, et la France institutionnelle ?

 

Lire la suite...

LE FIGARO. - Les députés viennent de voter une loi pénalisant la négation du génocide arménien. Pourquoi dites-vous que la France, en creusant sa mémoire, s'adonne à un « dolorisme d'enfant gâté » ?

Pascal BRUCKNER. - En France, pendant plusieurs années, l'État s'est fait le dépositaire de la vérité historique. Il a fallu attendre 1995 pour que Chirac reconnaisse la réalité du gouvernement de Vichy, et 1999 pour que les événements survenus en Afrique du Nord soient appelés « guerre d'Algérie ». La loi de 2005 sur les bienfaits supposés de la colonisation, abolie depuis, appartient à ce même mouvement.

Lire la suite...

Anne Mathieu – Lorsqu’on lit certains textes anticolonialistes des années 30, comme par exemple la brochure de 1936 du Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes1, ce qui frappe d’emblée, c’est la modernité des mots. Bien plus tard, les tiers-mondistes s’appuieront sur les mêmes thématiques, et un vocabulaire similaire sera utilisé. Tiers-mondistes et anticolonialistes divers auront l’impression d’innover. Pourquoi aura-t-il fallu autant de temps pour que ces mots ressortent et pourquoi cet oubli des années 30 ?
Lire la suite...

Benjamin Stora était à Alger samedi et dimanche derniers. L’historien a rencontré samedi 5 juin quelques-uns de ses lecteurs à la librairie du Tiers-Monde à l’occasion de la vente-dédicace de deux de ses ouvrages réédités à Alger par Sédia, Le Mystère De Gaulle, son choix pour l’Algérie et La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie. Dimanche 6 juin, il était au Centre culturel français (CCF) pour une conférence-débat autour de son dernier livre. Une opportunité pour discuter à bâtons rompus avec lui de son actualité éditoriale algérienne et de questions relatives à ses travaux de recherche sur le fait colonial en Algérie.

entretien

Hommage à Benjamin Stora, Mucem, Marseille, 31 mai 2018

2018 31 mai Stora Mucem 1

Recherche

Ouvrages