Logo UP13   

Actualités

Diatribe de "Valeurs actuelles" contre Benjamin Stora

B Stora Joel Saget AFPEnviron 400 intellectuels ont signé une pétition soutenant le chercheur, spécialiste de l’Algérie, après une attaque jugée « antisémite » de l’hebdomadaire ultraconservateur.

«L’homme n’a pas seulement fait du gras, il a enflé », « un poussah pontifiant », « gonflé, au risque d’exploser, de cette mauvaise graisse ayant prospéré à proportion de la vanité qui n’a cessé de croître en lui à mesure que s’élevait son statut social ».

Ainsi l’hebdomadaire Valeurs actuelles décrit-il Benjamin Stora, historien spécialiste du Maghreb contemporain et auteur de multiples travaux sur la guerre d’Algérie et l’immigration nord-africaine en France.

Intitulé « Benjamin Stora, “l’historien officiel” », l’article publié dans un hors-série sur l’Algérie française (octobre) est une charge d’une rare violence contre le chercheur et son influence supposée dans les cercles du pouvoir, long réquisitoire parsemé de détails sur son physique et d’insinuations sur sa « relation pour le moins distanciée avec l’identité française ».

Pourtant habitué des joutes académiques, voire des controverses politiques, Benjamin Stora n’a pas caché son trouble sur son site Internet, soulignant l’inspiration « antisémite » de la diatribe. « C’est une description s’inscrivant dans la tradition classique antisémite des “juifs de cour” que l’on pouvait lire dans la presse d’extrême droite au moment de l’affaire Dreyfus, par exemple à propos de Bernard Lazare », écrit-il.

La virulence de l’attaque de l’hebdomadaire de la droite dure décomplexée, auquel Emmanuel Macron avait accordé un long entretien fin octobre, a suscité l’émotion de nombreux universitaires ou écrivains qui ont affiché leur solidarité avec M. Stora. Une pétition dénonçant le caractère « nauséabond » de l’article a rassemblé autour de 400 signatures dont celles de Marc Abélès, Christian Baudelot, Luc Boltanski, Hervé Le Bras, François Dubet, Maurice Godelier, Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon, Catherine Clément, Jean-Pierre Filiu, Jean-Noël Jeanneney, Alexis Jenni, Elias Sanbar…

« C’est de l’inconscient à ciel ouvert »

« L’extrême droite m’a souvent attaqué sur mes engagements anticolonialistes, mais là il y a un saut qualitatif, avec cette insistance sur mon physique », déclare Benjamin Stora au Monde. « C’est de l’inconscient à ciel ouvert, on est dans la caricature classique du juif capitaliste à gros cigare. Je serais celui qui a fait carrière dans l’obscurité, qui ne peut pas comprendre l’identité française. »

L’article de Valeurs actuelles, après avoir rappelé que M. Stora est né dans une famille juive de Constantine – enfance sur laquelle le chercheur a publié un récit autobiographique, Les Clés retrouvées (Stock 2015) –, défend l’idée que « ce grand pourfendeur descrimes de la colonisation” » aurait intrigué dans les allées du pouvoir en jouant sur les réseaux hérités de son passé trotskiste, en particulier la branche de l’Organisation communiste internationaliste (OCI) passée au Parti socialiste dans les années 1980. Là seraient les « secrets du parcours » de cette figure du « clan des repentants » dont le plan, selon le signataire de l’article, est de « modifier le passé pour transformer le présent ».

« Il s’agit d’une pure attaque ad hominem sans aucune discussion sur ma production scientifique, s’indigne M. Stora. Or je n’ai jamais refusé le débat. C’est eux qui font preuve de sectarisme. Ils préfèrent s’étendre sur le fait que j’ai grossi plutôt que de discuter du fond de mes travaux» « Leur objectif est clair, ajoute-t-il. Ils sont dans une stratégie d’hégémonie culturelle. Il leur faut éjecter de la scène des gens comme moi. »

Frédéric Bobin

---

Hommage à Benjamin Stora, Mucem, Marseille, 31 mai 2018

2018 31 mai Stora Mucem 1

Recherche

Ouvrages