Logo USPN  

Pendant le mandat d’Emmanuel Macron, a été reconnu la responsabilité de l’État français dans l’enlèvement et le meurtre du mathématicien militant communiste Maurice Audin. Suite au rapport demandé par le président de la République que j’ai remis en juillet 2021 (1), différentes préconisations contenues dans ce rapport ont été réalisées. Pour citer quelques réalisations : la reconnaissance par la France de l’assassinat du militant des droits de l’homme l’avocat Ali Boumendjel ; l’ouverture plus large des archives françaises ; l’hommage rendu par le président français aux militants algériens tués à Paris le 17 octobre 1961 ; la relance du projet de mise en œuvre d’un Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier ; la tenue d’un grand colloque à la BNF et à l’IMA consacré à des figures qui se sont opposées à la colonisation, et qui a rassemblé près de 500 participants, avec les contributions de trente universitaires, français et algériens ; la reconnaissance de l’assassinat des neuf militants français tués au métro Charonne dans une manifestation anti-OAS ; le discours de pardon aux harkis, abandonnés par le gouvernement français en 1962 ; l’inauguration d’une stèle à Amboise en hommage à l’émir Abdelkader, hélas immédiatement vandalisée par ceux qui ne veulent pas de réconciliation mémorielle ; la pose d’une plaque devant le camp de Thol dans l’Ain, où étaient emprisonnés, sans jugement, les militants algériens entre 1957 et 1962 ; le dépôt d’une gerbe de fleurs du président de la République à Alger à la mémoire de l’écrivain algérien Mouloud Feraoun, et ses compagnons, assassinés par un commando se réclamant de l’OAS, le 15 mars 1962…

Les reproches n’ont pas manqué sur tel ou tel discours ou des actes accomplis en France, mais il a été réalisé sous la présidence d’Emmanuel Macron plus de gestes qu’en soixante ans de présidence française pour aborder la question difficile de la colonisation. C’est un travail de pédagogie essentiel qui commence, autour de lieux, de personnages, d’événements, en dépit des discours très violents de l’extrême droite contre mon rapport. C’est pourquoi, sans hésitation, je vote pour Emmanuel Macron le 24 avril 2022. Sans quoi, tout ce travail mémoriel, si essentiel pour les jeunes générations, en particulier celles issues du temps postcolonial, sera perdu.

Par Benjamin Stora, historien.

(1) Benjamin Stora est l’auteur d’un rapport remis à Emmanuel Macron préconisant plusieurs gestes pour réconcilier la mémoire entre la France et l’Algérie.

Agenda de Benjamin Stora

Expositions : Juifs et musulmans de la France coloniale à nos jours

En savoir plus

Septembre 2022
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Hommage à Benjamin Stora, Mucem, Marseille, 31 mai 2018

2018 31 mai Stora Mucem 1

Ouvrages